Production picturale et début de la cinépeinture

En 1930, après une série de conférences au Maroc, il peint quantité de toiles qui lui permettront d’enrichir les études rapportées de ses précédents voyages au Maghreb : Marrakech la Rouge, les Casbahs du Haut Atlas, La Méditerranée (1931), Ouarzazate, Talouet (1932).

En parallèle, il entame une série consacrée aux sports, « cet autre signe des temps présents », et signe Le Rugby, Le Tennis, La Boxe, Le Rowing, et en 1932, ce sera le début des Symphonies des saisons : printanière, estivale, automnale et hivernale.

En 1931, il rencontre « le peintre des sons » Charles Blanc-Gatti, ainsi que Gustave Bourgogne et Vito Stracquadaini et fonde avec eux l’Association des Artistes Musicalistes.

Ils rédigent un Manifeste que le magazine Comoedia publie en avril 1932. Un deuxième manifeste verra le jour en 1934 car la première définition était jugée trop large : « Le musicalisme n’est pas seulement la traduction d’œuvres musicales par les moyens d’un autre art, mais il consiste exclusivement à oeuvrer dans un autre art à la façon dont le compositeur fait sa musique. » Le musicalisme inclut donc la transposition musicale, mais ne se réduit pas à cette seule forme d’expression.

Les plus proches des musicalistes sont les artistes d’« Abstraction-création », dont Kupka faisait partie – le groupe s’était formé en 1931 avec Herbin.

Le premier salon musicaliste s’est tenu du 20 décembre 1932 au 19 janvier 1933, à la Galerie la Renaissance, rue Royale à Paris, avec peintures et sculptures. Le deuxième s’est tenu en 1934 à la galerie Bernheim Jeune, et il y en aura un tous les ans jusqu’en 1940. Le Salon de 1936 qui se tiendra au sein du salon des Indépendants au Grand Palais à Paris partira en Hollande, puis en Europe centrale.

Après celles des Saisons, Henry Valensi réalise des symphonies de Couleurs : Bleue (1934) – couleur expressive de tout ce qui procède de l’arrêt, du calme, de la douceur, de traduire la bonté qui se fait charité, le repos qui s’oppose au travail, et la foi ressentie unique, quelque dieu que l’on prie ; Rouge (1935), pour exprimer la force en soi c’est-à-dire la pesanteur et la vitesse, qu’elle soit dominée ou folle, Jaune (1935) ; Verte (1935), qui se rapporte au triple amour du paysage, des voyages et de l’espérance ; Rose (actuellement au Centre Pompidou) ; Grise (1936) comme une traduction des sombres intuitions qui peuplaient l’espace hyperesthésié des artistes européens d’alors (actuellement au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris).

En 1936, il publiera son livre Le Musicalisme, Son origine, Ses théories, Son avenir, avec un avant-propos d’André Devaux.

Et Valensi d’aller plus loin : musicaliser son œuvre, c’est aussi l’animer, il se tourne alors naturellement vers la Cinépeinture (terme qu’il créée) à partir de 1935, et se concentre sur la Symphonie printanière, en prévoyant que les autres saisons suivraient, et concevant un prélude qui devait valoir pour les quatre saisons. Il réalise lui-même de 1936 à 1939 un court-métrage en Kodachrome 16 millimètres, qui est passé en différents congrès. C’est le Prélude à une Symphonie Printanière.

Parallèlement, il fait plus de 200 conférences entre 1932 et 1939, dans toute la France, et obtiendra la Médaille d’Or à l’Exposition Universelle en 1937 au Palais des Beaux-Arts (cité dans le n° 244 de la revue Documents, Genève, 1967).

  • 1931 - Méditerranée (étude)
  • 1931 - Méditerrannee. Huile. 96 x 75 cm
  • 1931 - Marrakech. Encre de chine
  • 1931 - Marrakech. Huile
  • 1931 - Casbah du Haut Atlas (étude n°1)
  • 1931 - Le rowing. Huile
  • 1932 - La Boxe (étude). Huile sur bois
  • 1932 - Le rugby. Huile
  • 1932 - Ouarzazate. Huille sur bois
  • 1932 - Talouet. Huile. 33 x 24 cm
  • 1932 - Symphonie printaniere (étude). Aquarelle
  • 1932 - Symphonie printaniere. Huile
  • 1933 - Symphonie estivale. Huile
  • 1933 - Symphonie de l'automne (étude n°1). Huile sur toile. 147 x 97 cm
  • 1933 - Symphonie hivernale (étude n°1)
  • 1933 - Symphonie hivernale (étude n°2)
  • 1933 - Symphonie hivernale (étude n°3). Aquarelle sur carton. 33 x 25 cm
  • 1933 - Symphonie-hivernale
  • 1933 - Les baléares. Huile. 130 x 162 cm
  • 1934 - Carcassone (étude n°1)
  • 1934 - Carcassone (étude n°3)
  • 1934 - Carcassone (étude n°4)
  • 1934 - Carcassonne. Huile sur toile. 195 x 130 cm
  • 1935 - Symphonie en jaune (étude n°1). Aquarelle
  • 1935 - Symphonie jaune. Huile sur toile
  • 1935 - Symphonie bleue
  • 1935 - Symphonie en vert. Huile sur toile. 130 x 97 cm
  • 1936 - Amsterdam ou l'hommage à Rembrandt. Huile sur toile. 43 x 60 cm
  • 1937 - Symphonie sur Venise
  • 1938 - Le hoggar (étude)
  • 1938 - Palma. Huile sur bois