1933. A.B.C. La musicalité picturale par Louise Janin.

Présidant la conférence de Henry Valensi au Salon d’Automne en 1932, au sujet de la musicalité des arts plastiques, l’excellent critique Charles Fegdal à déclaré : « Je ne sais si les « Musicalistes » se trompent… Mais si j’étais peintre, je serais des leurs. »

1957. Résonance des couleurs par Waldemar George.

Je souhaite que cet hommage à Henry Valensi, si imparfait et si sommaire soi-il, contribue à faire comprendre son œuvre et lui permette de prendre dans l’art du XX ème siècle, la place de premier plan, la place de novateur que l’histoire lui assignera un jour. Cette place lui revient de droit.

1967. Revue documents. Henry Valensi par Édouard Roditi.

(…) Il a alors voulu faire entrer dans son œuvre de créateur d’images le temps réel que nous percevons tous, ce qui l’a conduit à entreprendre une expérience qui demeure unique dans son genre, la création d’un film en couleurs pures, une ciné-peinture où le peintre ne crée plus une série de tableaux immobiles mais des dessins animés.

1992. Dictionnaire Virmaux par Alain et Odette Virmaux.

(…) Le point de départ en avait été la publication, en avril 1932, du « Manifeste des artistes musicalistes », rédigé par Valensi et contresigné par trois autres peintres : Charles Blanc-Gatti, Gustave Bourgogne et Vito Stracquadaini.

1996. « Le Musicalisme, une tendance de l’Abstraction » : thèse de doctorat de Claire Euzet.

Claire Euzet est la petite-fille de Jean-Marie Euzet, peintre musicaliste ami de Valensi, et qui fut le premier à recevoir le prix Yvonne Valensi en 1956 pour une de ses oeuvres. A notre connaissance cette thèse n’a pas été numérisée.

L’art musicaliste doit être subjectif comme l’est la musique et tendre vers un Art-Un, car pour Henry Valensi, c’est une des formes importantes du Musicalisme que cette fusion de tous les arts en un seul.

2013. L’ailleurs, le centre et la périphérie par Pascal Rousseau.

Sa peinture très vite empreinte de rythme et de mouvement fait clairement écho aux déclarations vitalistes des Italiens. Mais il ne s’agit pas seulement d’introduire la représentation du mouvement dans une peinture considérée comme trop figée ; il s’agit, de manière plus globale, de faire du rythme la question centrale de la représentation autour d’une cinématique du regard.

2013. Henry Valensi, l’heure est venue par Marie Talon.

Première biographie autorisée du peintre écrite sous forme de dialogue imaginaire entre Valensi peintre-penseur cubo futuriste et une jeune journaliste rapidement séduite par les positions humanistes et novatrices de l’artiste.

Disponible en version papier et numérique.