Le Musicalisme

Le musicalisme est un courant artistique imaginé par le peintre Henry Valensi à la fin des années 20, puis transformé en mouvement collectif en 1932 avec Charles Blanc-Gatti, Gustave Bourgogne et Vittorio Straquadaini qui se constituent en une association des artistes musicalistes et publiént leur Manifeste (> version originale / > version réécrite, plus lisible). Les peintres musicalistes utilisent la matière-couleur pour ses vibrations, Valensi parle de résonances sentimentales, ils cherchent à synchroniser couleurs et formes dans l’espace de leur toile à la façon du musicien qui agence sa matière sonore en relation directe avec les émotions à exprimer.

D’après Raymond Bayer, le Musicalisme est plus qu’une école, c’est une doctrine d’art. Il dépasse même la doctrine tout en la contenant, car c’est un ensemble de connaissances constituant un système…

Le musicalisme est à la fois un mouvement artistique et l’art du mouvement lui-même. A partir de 1936, Valensi ira jusqu’à animer une de ses toiles, en filmant avec une caméra image par image (et les premières pellicules couleurs) des milliers de celluloïds peints à la main un par un, dans un studio au-dessus de son atelier. La Cinépeinture est née.

Henry Valensi organise le premier des vingt-trois salons musicalistes à la galerie Renaissance à Paris. En 1936, pas moins de six salons auront lieu dans toute l’europe, d’Amsterdam à Budapest.

À chaque salon, de nouveaux artistes s’associent au mouvement : Louis Baudon, Jean Marie Euzet, Georges Filiberti, Arne Hosek, Louise Janin, Ernst Klausz, Frantisek Kupka, Marcel Lempereur-Haut, Felix Del Marle, Lancelot Ney, Jan et Joël Martel, Otto Freundlich, Ossip Zadkine, Rob Mallet Stevens etc…

La galerie Drouart organise en 1990 une exposition d’œuvres musicalistes et publie le premier ouvrage sur ce mouvement : Qu’est-ce que le Musicalisme ?

Les Symphonies

Le travail d’Henry Valensi sur les Symphonies marque la création du musicalisme en 1932. Il commence avec la Symphonie printanière, puis suivant l’ordre naturel des saisons, les Symphonies estivale, automnale et hivernale. Son œuvre déjà exempte de références musicales – Valensi ne peindra en effet que deux compositions d’après des œuvres musicales spécifiques : Sur la marche funèbre de Chopin et Sur les Jeux d’eau de Ravel, deux toiles exposées à la Section d’or en 1912 – va à partir de 1935, totalement s’affranchir de l’objet en abordant les Symphonies de couleurs. Chaque couleur représente l’expression d’une même famille de sentiments, selon sa théorie développée dans « La résonance sentimentale des couleurs ». En 1947, l‘artiste traite les éléments dans de somptueuses abstractions lyriques des Symphonies de l’Air, du Feu, de l’Eau et de la Terre.

Les Symphonies

  • Symphonies des saisons
  • 1932 - Symphonie printaniere (étude). Aquarelle
  • 1932 - Symphonie printaniere. Huile
  • 1933 - Symphonie estivale. Huile
  • 1933 - Symphonie de l'automne (étude n°1). Huile sur toile. 147 x 97 cm
  • 1933 - Symphonie hivernale (étude n°1)
  • 1933 - Symphonie hivernale (étude n°2)
  • 1933 - Symphonie hivernale (étude n°3). Aquarelle sur carton. 33 x 25 cm
  • 1933 - Symphonie-hivernale
  • Symphonies des couleurs
  • 1935 - Symphonie bleue
  • 1935 - Symphonie en jaune (étude n°1). Aquarelle
  • 1935 - Symphonie jaune. Huile sur toile
  • 1935 - Symphonie en vert. Huile sur toile. 130 x 97 cm
  • 1946 - Symphonie en rose. Huile
  • 1947 - Fugue en bleu. Huile sur toile. 75 x 100 cm
  • Symphonies des villes
  • 1937 - Symphonie sur Venise
  • 1955 - Symphonie norvegienne. Huile sur toile. 115 x 195 cm
  • 1956 - Symphonie stockholmoise (étude)
  • 1956 - Symphonie stockholmoise
  • 1957 - Symphonie corse. 195 x 130 cm
  • 1957 - Symphonie portugaise. Huile sur toile. 115 x 95 cm
  • Symphonies des éléments
  • 1947 - Symphonie de la terre (étude)
  • 1947 - Symphonie de l'air. Huile sur toile. 96 x 130 cm
  • 1947 - Symphonie du feu (étude)
  • 1948 - Symphonie de l'eau. Huile sur toile. 130 x 96 cm
  • 1948 - Symphonie de la Terre (étude)
  • Autres Symphonies
  • 1951 - Symphonie de la paix
  • 1954 - Symphonie guerrière